News Dessins

Des News sur les dessinateurs de presses, les parutions...

II >> La Une I Brèves I Archives I Bouquins & News I Liens I Le Site I

Portrait de Wolinski - sur VSD.fr - par Laurence Durieu - 22 avril 2008

G

Ses impérissables dessins côtoient ceux de ses camarades Cavanna, Siné, Cabu et Gébé dans Mai 68 (éd. Michel Lafon). À l’époque, Georges Wolinski avait 34 ans, et il lance aujourd’hui: « On a fait 68 pour ne pas devenir ce que nous sommes devenus…» Inspiré par la vie, la politique et la fesse, mais aussi par la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’amateur de havanes signe un album réjouissant, Défense de fumer ! (Le Cherche-Midi). On y retrouve toute la fantaisie de ce pessimiste joyeux, droit et drôlement élégant.

NAISSANCE le 28 juin 1934, à Tunis. Ziegfried, son père, est assassiné lorsque Georges a 2 ans. Juif polonais à la tête d’une entreprise de ferronnerie d’art, il renvoie une partie du personnel au moment du bouleversement des lois sociales de 1936. L’un des licenciés l’abat dans son bureau, d’un coup de revolver. Georges a conservé un dessin à l’encre de Chine réalisé par son père, représentant un juif errant.

PREMIER SOUVENIR. Quelqu’un de la famille lui rapporte d’Autriche une culotte en peau. Il la met à l’école, les élèves se moquent de lui.

GI. À Tunis, le QG des GI fait face à la pâtisserie des parents de sa mère, Lola, une juive d’Italie. Les enfants leur demandent du chocolat, et Georges des comics, dont Terry and the pirates.

LIRE. Sa famille de commerçants est aussi intello. Il est mauvais élève, mais il dévore la bibliothèque familiale : Jules Verne, Dickens, Kipling, Marc Twain, Edgar Poe, James Joyce, Marcel Aymé… Et les dessins de Daumier. Une de ses premières parutions dans Hara-Kiri est une illustration de La Légende des siècles, de Victor Hugo.

ATHÉE. Son grand-père organise sa bar-mitsva. Il en garde un bon souvenir grâce aux cadeaux reçus. Il aime bien la gaieté des fêtes religieuses en famille, mais il ne croit en rien. Il rentre aujourd’hui d’un voyage en Inde, où il s’est senti étouffé par les castes religieuses et le mysticisme de la réincarnation, omniprésent. « La clé de l’humour, c’est dire la vérité. Je suis seul et j’ai peur… Je vais crever. Et le plus terrifiant, c’est qu’il n’y a rien derrière. »

ALPES. Sa mère, tuberculeuse, part se soigner en France, à Briançon. Elle revient trois ans plus tard, remariée à l’intendant du sanatorium et convertie au catholicisme. « Mon beau-père, Paul, portait le béret, il était très français et très gentil. » À 12 ans, Georges les rejoint. La France, les montagnes, un lycée mixte… Le rêve.

PREMIER BAISER avec Renée, au lycée de Briançon, « une trouille extraordinaire ». Il aime la regarder sur son vélo, elle fait tomber sa jupe à l’arrière et s’assied directement sur la selle… « J’ai été dépucelé dans les bras d’une jeune malade au sanatorium. Elle riait chaque fois que je passais devant sa chambre. J’avais beau avoir lu, vu des dessins, je ne savais pas ce qu’il fallait bouger. »

FAMILLE. Il veut devenir architecte mais, après deux ans aux Beaux-Arts, il travaille pour la bonneterie des beaux-parents. Georges se marie avec Kean, rencontrée au lycée en 1958. Huit ans plus tard, elle se tue dans un accident de voiture, sur la route des vacances, vers Juan-les-Pins. Ils ont deux filles, Frédérica et Natacha. Georges aura une troisième fille, Elsa, avec sa seconde épouse, Maryse.

DÉSERT. Pendant son service militaire dans l’Algérie en guerre, il repère dans un journal une affiche publicitaire pour Hara-Kiri, signée Roland Topor : un poing dans la figure. En 1960, lors d’une permission, il propose ses dessins à Cavanna, qui les prend sur-le-champ. À son retour, en 1961, il entre dans la famille du « mensuel bête et méchant » qui cédera la place à Charlie (1969), puis Charlie Hebdo (1970).

MAI 68. Action, le journal des comités d’action de l’Union des étudiants communistes, lui commande un dessin politique. Alors que Georges dit ne rien y connaître, Siné le traite calmement de connard. Il se met à lire Le Monde. Il saute sur son Solex et, de Saint-Mandé (94), rejoint les manifs. Celle des Champs-Élysées le réjouit : les manifestants descendent toute l’avenue devant des CRS surpris et dépassés. Il fonde L’Enragé avec Siné. Après un dessin au second degré sur le PC, il reçoit un coup de fil d’un membre du parti, furieux. Mais, dès 1977, L’Huma publiera du Wolinski en une.

CULTE. À 11 ans, il achète son premier livre, des dessins d’Albert Dubout. Grand fan, pour l’organisation du centenaire de sa naissance, en 2005, il sollicite Jacques Chirac, rencontré en vacances à la Réunion. Puis il reçoit une lettre de la présidence qui veut lui remettre la Légion d’honneur. Chirac, qui l’appelle « le maître », dit : « Dubout ne l’a pas eue, je vais la donner à Wolinski. »

TACLE. Sur son plateau, Laurent Ruquier déclare : « Moi, Wolinski ne me fait pas rire. » Qui lui balance : « Je suis un grand admirateur de Dubout car il arrivait à faire rire même les cons, ce que je n’arrive pas à faire. » Ruquier se marre.

Cet article de Laurence Durieu est extrait de VSD.fr

Les bouquins, les news de Wolinski - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Lacombe Xavier - dessinateur à la TéléLibre.fr - 11 avril 2008


Les adresses url de Lacombe :

profil_supprime Mais où est Lacombe nom de Zeus ?

zeus Si tu prononces encore mon nom je te foudroies nom d'un gremlins...
Il est sur la TéléLibre.fr et sur son Blog.


profil_supprime En même temps ? C'est un demi-Dieu alors...

zeus N'exagère pas gremlins... cependant s'il consent à me représenter
dans chacun de ses dessins, j'en ferai peut-être un quart-Dieu.


Les bouquins, les news de Lacombe - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Mai 68 - Wolinski, Cabu, Gébé, Siné, Reiser, Cavanna, Cohn-Bendit - mars 2008

Mai_68_par_Wolinski_Cohn_Bendit_Cabu_Gebe_Sine_Cavanna_mars_2008_i3 Présentation de l'Editeur :

Wolinski, Cabu, Siné, Gébé, Reiser : dessinateurs de légende, caricaturistes contestataires et révolutionnaires. Observateurs sans complaisance de leur temps et acteurs incontournables de Mai 68, dont les dessins sont devenus les symboles d’une période emblématique. Quarante ans après, les voici exceptionnellement réunis pour nous faire revivre, sous leurs coups de crayon intransigeants et délirants, les événements de l’époque. Plus de 500 dessins parus dans la presse, accompagnés de textes inédits écrits par les dessinateurs trublions eux-mêmes, mais aussi par Daniel Cohn Bendit, le Professeur Choron ou Cavanna, qui racontent chacun leur Mai 68. Sans oublier quelques dessins rares et exclusifs de Reiser… Plus qu’un simple « collector », où le rire grinçant l’emporte souvent sur la gravité des faits, cet album est un document retraçant une des pages les plus importantes de notre société.

Extraits :
- C'est normal que je matraque...
- La liberté guidant les CRS
- Instruction

Mai 68 - chez Michel Lafon
Commander ce livre

Les bouquins, les news de Collectif - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Dico Sarko - par Charb - 2008 - chez 12bis

Dico_Sarko_Charb_2008_i6_a Présentation de Marianne2.fr :

Le dico de Charb pour (enfin) comprendre le président. Dans son Dico Sarko, le dessinateur Charb se livre à un travail de décryptage du système de pensée présidentiel. Extraits exclusifs.

« Qui comprend monsieur Sarkozy ? », est-on aujourd'hui en droit de se demander. Après dix mois de gesticulations au pouvoir, qui est en mesure de comprendre la philosophie qui sert de guide à l'action du président ?

Patiemment, mot à mot, c'est ce qu'essaie de faire le dessinateur Charb, habitué des colonnes de Charlie Hebdo, Télérama, Fluide Glacial et L'Humanité. A entendre Alain Rey, patron du Robert et auteur de la préface à ce dictionnaire, « Charb présente avec gaieté une chose assez triste » : « une novlangue, remplie de valeurs-phares éblouissantes, qui rendirent miros la majorité des électeurs français ».

Alors bien sûr, l'objectif du Dico Sarko est de faire rire, de moquer le roi. Mais entre les lignes se lit une gravité, la liste des principes qu'un pays qui veut se faire appeler « démocratie » ne doit, ne peut oublier. Des principes qu'il convient de faire respecter au président, mais pas que. Entre autres, il y est question de l'indépendance de la presse, mais aussi de ses responsabilités, de l'anéantissement de la gauche, mais aussi de son devoir de se redresser et de s'opposer, de la société capitaliste et de ceux qui poussent à la consommation, mais aussi de nous, vous, parfois prompts à pousser le chariot…

De A à Z, donc, Charb pose les problèmes que Sarkozy soulève en agissant, pose les questions auxquelles il faudra bien répondre, si possible avant 2012.

Article de Jérôme Sage pour Marianne2.fr

Dico Sarko - 72 pages
Commander ce livre



Extraits de Dico Sarko :

Bastille n. f. Nom d'une place à Paris où la gauche fêtait ses victoires au XXe siècle. Une grande sur-face est actuellement en construction à cet emplacement.

Battant n. m. Désigne une personne qui fait du footing.

Blum (Léon) (Paris, 1872 – Jouy-en-Josas, 1950). Homme d'État et écrivain français qui ignorait qu'il était sarkozyste. Voir Jaurès (Jean).

Blum__L_on_

Bus n. m. Moyen de transport collectif qu'incendie la racaille pour permettre à TF1 de faire de l'audience et à la droite de faire des voix.

Bus

Décérébrer v. tr. Détendre les téléspectateurs après une journée de travail.

D_c_r_brer

Égalité n. f. Mythe auquel ont longtemps cru les Français et qui les a empêchés de se développer économiquement à la hauteur de leurs talents. Le mot constituait une partie de l'ancienne devise du pays liberté, égalité, fraternité aujourd'hui remplacée par flexibilité, rentabilité, sinon t'es viré.

Homard n. m. Crustacé qui coûte plus cher que celui qui le pêche.

Homme n. m. Le plus évolué des êtres vivants. L'homme est capable de s'acheter une télé à écran plat à crédit, ce qu'est incapable de faire le singe.

Humilier v. tr. Proposer à des personnes qu'on a battues à une élection de devenir ministre ou secré-taire d'État de son gouvernement.

Management n. m. Ensemble des techniques de gouvernement d'un pays.

Marginal, ale, aux adj. et n. Qui s'oppose à la loi naturelle du marché.

Ministre n. m. Attaché de presse du président de la République.

Nationaliser v. tr. Crime contre l'huma-nité spécifique aux régimes socialistes qui consiste à transformer des travailleurs précaires en fonctionnaires invirables.

Opinion n. f. Ensemble des personnes qui veulent bien répondre à des sondages.

Paye ou paie n. f. Somme dérisoire que le patron a honte de verser à son employé. Si les charges étaient moins élevées, le patron donnerait beaucoup, beaucoup plus.

Placard n. m. Endroit où l'on range les préfets qui ne sont pas du même bord politique que le président de la République.

placard

Prison n. f. Endroit qui revient le moins cher à la société pour loger les malades mentaux.

Quignon n. m. Ce qu'on peut s'acheter aujourd'hui pour le prix que coûtait une baguette à la veille du passage à l'euro.

quignon

Recherche n. f. Secteur de la science où le gouvernement ne cherche qu'à faire des économies.

Secte n. f. Entreprise religieuse de la taille d'une PME qui permet de soulager les hôpitaux psychiatriques, les prisons, les écoles.

Taudis n. m. Studio avec kitchenette que les personnes qui gagnent moins de 3 000 euros par mois louent à Paris.

Télécommande n. f. Instrument sur lequel le téléspectateur appuie pour passer d'une interview du Président à un reportage sur le Président.

Vert, verte adj. et n. Militant écologiste qui travaille à faire de son parti un groupuscule. Le vert pense en effet que le groupuscule produit moins de gaz à effet de serre que le parti.

Les bouquins, les news de Charb - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Sarkorama - par Pétillon - 2008 - chez Dargaud

Sarkorama_p_tillon_2008_dargaud_couv_i Extraits :
- Voeux sous-titrés
- Sarkozy en Afghanistan
- Pouvoir d'achat, fonctionnaires, sans-abri
- Sans-papiers
- Sarkozy super-premier ministre
- Les déclarations de Fillon
- Sarko volontariste
- La chasse aux sans-papiers

Sarkorama - 95 dessins et 1 strip
Commander ce livre

Les bouquins, les news de Pétillon - Index Dessinateurs - Permalien [#]

J'aime pas l'école - par Riss - chez Hoëbeke - 2007

j_aime_pas_l_ecole_riss_060907 Présentation de l'éditeur :

Riss s’élève contre les idées reçues, il épingle l’école et ses différents acteurs, parents stressés, enseignants dépassés, élèves en rupture.
Méthode globale, pièges à éviter pour réussir à l’école, classes surchargées, tous les éternels problèmes de l’Éducation nationale sont abordés avec un féroce sens de l’humour. Mais les questions les plus actuelles ne sont pas oubliées : la violence à l’école, l’héritage de Mai 68, l’inévitable carte scolaire ou le port du voile en classe. Le débat sur l’école n’en sortira peut-être pas apaisé, mais gageons que J’aime pas l’école réconciliera enseignants et élèves dans un grand éclat de rire.

Acheter cette BD ici ou ici ou ici

Les bouquins, les news de Riss - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Couverture du numéro censuré de "el jueves" - 26 juillet 2007

el_jueve_numero_1573_censure

 

El jueves, magazine satirique espagnol. Ce numéro a été retiré des kiosques.

 

"Le dessin paru dans El Jueves était censé illustrer une décision du gouvernement d'accorder aux parents 2.500 euros par naissance afin d'encourager la natalité. "Imagine que tu tombes enceinte, ce serait la première fois de ma vie que j'aurais bossé...", dit le prince Felipe à la princesse Letizia".

Extrait de Libération


 

Sur le net :
- Couverture de cette semaine, non censuré ( ben voilà... )
- El jueves, le site
- Le numéro censuré

Les bouquins, les news de el jueves - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Luz, un dessin bien arrosé - Article paru dans Le Vif.be - le 23 juillet 2007

Après avoir publié un livre décapant où il dézingue la chanson française, Luz, dessinateur à Charlie Hebdo, s'apprête à arpenter les festivals d'été comme DJ. Portrait d'un jeune homme flamboyant.

S'appeler Rénald Luzier, ce n'était ni très rock'n'roll ni très glamour. Alors, va pour Luz ! Dix-neuf ans après ce changement de patronyme, le gaillard ne regrette rien. Il est un homme heureux, qui gagne sa croûte grâce à sa passion, le dessin de presse. Salarié à l'hebdomadaire Charlie Hebdo , une référence en la matière, il collabore aussi avec L'Humanité , Fluide Glacial et Magic . « Je pratique un métier dans lequel je peux me marrer. Autant dire que je suis en vacances toute l'année », se félicite-t-il. Comme si cela ne suffisait pas, il est en train de se tailler une belle notoriété en tant que DJ. Il s'apprête à mixer au festival For Noise, en Suisse, et sera à l'affiche de la Garden Nef Party d'Angoulême, aux côtés de Muse, LCD Soundystem et Arcade Fire. La gloire !

Cerise sur le gâteau, Luz vient de publier un bouquin intitulé J'aime pas la chanson française , dans lequel il fait part du dégoût que lui inspirent Henri Salvador, Vincent Delerm, Bénabar, Carla Bruni et quelques autres... qui ne lui ont pourtant rien fait. Enfin, ça, ce n'est pas son avis. « La chanson, qu'elle soit française ou autre, je ne suis pas contre, du moment qu'elle ne me casse pas les couilles. Mais le problème, c'est son omniprésence. Il fallait réagir à cette agression ! » Sûr de lui, il argumente au bazooka : « Cela m'a toujours gonflé, cette étiquette "chanson à texte", cette prétention très française d'incarner l'avant-garde. Quand on écoute les paroles, il n'y a pourtant pas de quoi crier au génie. Avec Bashung ou Murat, on est quand même très loin d'Apollinaire et de Maupassant... »

Luz, donc, hait la chanson française. Vu son job à Charlie Hebdo , un journal étiqueté écolo-gauchiste, on aurait pu l'imaginer en fan de Manu Chao. Raté ! Il est accro à l'electro furieuse et au rock le plus barré. Et il adore « faire danser les filles » (titre de l'un de ses livres) au son du r'n'b.

Le soir du débat entre Sarko et Ségo, il assistait au concert de The Withest Boy Alive. Qui ça ? « Un groupe norvégien un peu étrange, qui mêle folk et pop. J'avais quand même enregistré le débat. J'ai essayé de le visionner en rentrant, mais comme j'étais assez soûl, je n'ai pas vu grand-chose. »

Une vie dissolue

Noctambule accompli, Luz débarque parfois au boulot en sortant directement de boîte, sans être passé par la case appartement. A Charlie Hebdo , ses collègues ne s'étonnent plus de le voir affalé, à l'heure de la sieste, sur la banquette en Skaï installée dans la rédaction. « Je mène une vie plutôt dissolue », admet l'intéressé. Ses lecteurs ne s'en étonneront pas. Car Luz a l'habitude de se mettre en scène dans ses dessins, le plus souvent sous les traits d'un brave gars un peu couillon, un verre de bière en main, ou des écouteurs sur les oreilles.

Au fil des ans, il s'est ainsi construit une sorte de double de lui-même. « J'ai rencontré Luz à un festival, raconte le caricaturiste belge Pierre Kroll. Dès que je l'ai vu, j'ai eu l'impression de l'avoir toujours connu. Sa manière de remuer sans cesse, son côté gamin de merde du fond de la classe correspondent tout à fait au personnage de ses livres. Le dessin de presse est un genre éminemment personnel et subjectif, et c'est toujours une preuve de talent quand on ressemble ainsi à son oeuvre. »
Ce goût pour l'autofiction, Luz (35 ans) le partage avec plusieurs dessinateurs de sa génération, qui ont émergé au début des années 1990 et qui aiment comme lui se raconter dans leurs planches. « La différence, c'est que Luz n'est jamais complaisant avec lui-même, commente Stéphane Charbonnier, alias Charb, rédacteur en chef adjoint de Charlie Hebdo . Alors que Manu Larcenet pleurniche sur son sort à longueur de pages et que Joann Sfar se peint en super-héros, Luz ne triche pas avec la réalité. » Jul, lui aussi dessinateur à Charlie , ajoute : « Sous des dehors de buveur un peu trash, avec ses baskets à gros lacets et ses tee-shirts rose fluo, Luz a le sens du chic. C'est lui qui m'a fait découvrir des écrivains comme Oskar Panizza et Fritz Zorm. »

Il ne faudrait toutefois pas oublier le principal : Luz est l'un des tout meilleurs dessinateurs de presse du moment. Cet autodidacte, amateur de viande de cheval, a grandi à Tours. Mère coiffeuse, père informaticien, le petit Rénald dessine ses premières chroniques satiriques à l'âge de 8 ans. Lorsque ses parents reçoivent des invités, il se cale dans un coin et croque la petite société familiale. Aujourd'hui, il affiche une polyvalence rare, se montrant aussi à l'aise dans la caricature politique que dans la BD, le reportage ou l'illustration. On perçoit dans son trait une maîtrise et un brio qui contrastent avec une certaine école du dessin satirique, au style volontairement relâché (à la Reiser) ou carrément bancal (à la Wolinski). « Luz possède un point de vue, un propos original - ce qu'on attend surtout d'un caricaturiste, indique Thierry Tinlot, rédacteur en chef de Fluide Glacial . Mais c'est aussi une vraie bête de dessin. Il a du jus graphique que d'autres n'ont pas. » Un as, on vous dit !

François Brabant pour le site http://www.levif.be/

Les bouquins, les news de Luz - Index Dessinateurs - Permalien [#]

Sarko Ier ( La face karchée de Sarkozy, Tome 2 ) - Cohen, Malka, Riss

sarko1er_gr Présentation de Charlie Hebdo :

Après le succès de La face karchée de Sarkozy, Philippe Cohen, Richard Malka et Riss dévoilent, dans Sarko Ier, au terme d'une enquête minutieuse, toujours aussi décalée et savoureuse, certains aspects inconnus et passionnants de la campagne présidentielle...

Sarko Ier ( La face karchée de Sarkozy, Tome 2 )
Commander cette BD.

Les bouquins, les news de Riss - Index Dessinateurs - Permalien [#]
 

Les publicités sont généreusement^^ offertes par notre hébergeur Canalblog.com